La fertilité - Bilan féminin

Bilan fémininVous avez consulté votre médecin généraliste ou votre gynécologue et vous avez convenu ensemble qu’un bilan d’infertilité était nécessaire. Votre médecin vous a conseillé de vous adresser à un centre spécialisé, dans un hôpital ou une clinique. Vous vous interrogez à juste titre sur ce que va comporter ce premier bilan qui concerne aussi bien l’homme que la femme. Nous vous présentons ici les examens qui concernent le couple et plus spécifiquement la femme.

En quoi consiste notre bilan initial d'infertilité ?

Ce bilan est en général proposé en l’absence de grossesse après 1 an de rapports sexuels réguliers, sans contraception. 
Il a pour objectif d’identifier la ou les causes de l’infertilité et de vous proposer la solution la mieux adaptée à votre cas. 
L’homme et la femme sont tous deux concernés par ce bilan initial.

Le médecin va vous interroger sur la durée de l’infertilité, vos antécédents de grossesses (naissances, fausses couches, interruption volontaires de grossesse ou grossesses extra-utérines), vos facteurs de risque d’infertilité (âge, obésité, tabac, drogues, médicaments, profession, sport), votre activité sexuelle (fréquence des rapports sexuels, nombre de partenaires) ainsi que vos autres antécédents médicaux et chirurgicaux personnels ou familiaux.

L’analyse de la régularité des cycles menstruels de la femme permet d’évaluer la qualité de l’ovulation et de fixer les dates des examens à faire. 
Le médecin peut vous interroger sur différents symptômes comme des douleurs de règles invalidantes ou des douleurs pendant les rapports sexuels.

Après un examen clinique complet, le médecin prescrit au couple les examens les plus simples et les moins invasifs, avant d’envisager des explorations plus sophistiquées adaptées aux différents éléments du dossier.

Quels sont les examens spécifique de la femme ?

Bilan standard

Votre bilan gynécologique « de routine » devra être à jour, avec un frottis récent et une mammographie si vous avez plus de 40 ans. 
Une prise de sang comportant des sérologies déterminera la situation vis à vis de certaines infections (rubéole, toxoplasmose, VIH, syphilis, hépatites, chlamydiae, etc.). Ces éléments sont importants pour le suivi d’une grossesse future.
Une prise de sang évaluant différentes hormones influençant la fertilité vous sera prescrite.

L'évaluation de la réserve ovarienne

Ovaires stimulésQue vous ayez ou non des troubles du cycle menstruel, un des éléments important du bilan est l’évaluation de votre réserve ovarienne par un bilan sanguin hormonal spécifique et une échographie endovaginale.

La prise de sang est prescrite par le médecin qui vous recevra. Elle est faite au laboratoire au début de votre cycle menstruel entre le 2ème et le 4ème jour des règles. Elle se pratique dans n'importe quel laboratoire. Vous n’avez pas besoin d’être à jeun. Elle évalue le fonctionnement du cycle menstruel avec le dosage de la FSH, de la LH, l'Œstradiol et la Progestérone. L'AMH (hormone anti mullérienne) évalue spécifiquement la réserve ovarienne Cette prise de sang n'est pas remboursée par la Sécurité Sociale mais est indispensable pour l'évaluation de votre capital ovarien. Elle coûte environ 50 euros.

L'échographie est réalisée par voie vaginale en début du cycle entre le 4ème et le 8ème jour du cycle. Cet examen est réalisé vessie vide.
Vous serez installée en position gynécologique et le médecin insérera délicatement dans votre vagin une petite sonde de forme allongée recouverte d’un étui en latex contenant du gel échographique.

Elle permet de compter et mesurer tous les petits follicules en croissance ainsi que le volume de vos ovaires. 
Un follicule ovarien est un "petit sac" contenant du liquide et l'ovocyte  stocké jusqu'à sa maturation et sa libération lors de l’ovulation. 
En bougeant la sonde d’échographie, il sera possible de visualiser l’utérus et les ovaires et parfois les trompes si elles sont anormalement dilatées (hydrosalpinx). Cet examen est indolore et dure une quinzaine de minutes.

Les résultats du bilan hormonal associés au compte du nombre de follicules par échographie permettront d’évaluer votre réserve ovarienne ou capital ovarien. 
Ceux-ci ne permettent pas de prédire de façon fiable les chances de grossesse.

Evaluation de la perméabilité des trompes : l'hystérosalpingographie

hystérosalpingographieL’hystérosalpingographie est un examen réalisé en service de Radiologie qui permet de vérifier la régularité de la cavité utérine et la perméabilité des trompes.
Elle est pratiquée pendant la première partie du cycle menstruel, c'est-à-dire dans les 15 jours après le début des règles. Le service de Radiologie prescrit une prise de sang à réaliser dans les jours précédents l'examen afin de s'assurer de l'absence de grossesse ni d'infection. Elle peut être réalisée sous couverture antibiotique dans certains cas. 
Vous n’avez pas besoin d’être à jeun. Vous pouvez manger, boire, prendre votre traitement médicamenteux habituel. Durant cet examen radiologique, réalisé en position couchée, un produit de contraste est injecté par le col de l’utérus. 
Vous pouvez ressentir un inconfort ressemblant à des règles douloureuses. Vous pouvez prendre des antalgiques type paracétamol ou antispasmodiques comme du Spasfon avant l'examen afin de limiter la douleur. L’hystérosalpingographie dure environ 30 minutes.

Elle peut mettre en évidence une anomalie au niveau des trompes (comme un hydrosalpinx ou une altération de l’extrémité de la trompe appelée phimosis) ou de la cavité utérine (comme une adhérence des parois: synéchie, un fibrome ou encore un polype). 

Examen concernant le couple

Le test post-coïtal ou test de Huhner

Cet examen concerne le couple. C’est un des examens que l’on peut vous demander, selon certains éléments du dossier. 
Il est effectué après un rapport sexuel avant l’ovulation. 
L’examen est très simple et non douloureux : la glaire cervicale (sécrétion claire et filante élaborée au niveau de col de l’utérus de la femme) est prélevée au cours d’un examen gynécologique au spéculum, en consultation, 6 à 12 heures après un rapport sexuel. L’objectif est de s’assurer de la qualité de la glaire cervicale de la femme et de la pénétration des spermatozoïdes de l’homme dans celle-ci. Une analyse à l'œil nu permet d'apprécier la qualité de la glaire cervicale et un examen au microscope permet d'évaluer la mobilité des spermatozoïdes au sein de cette glaire. Le compte-rendu de l'analyse peut être rendu immédiatement après le prélèvement.
Si le test n'est pas favorable, des insémination intra utérines pourraient être proposées afin de palier à l'insuffisance de la glaire.

Que se passe-t-il une fois ce premier bilan terminé ?

Les résultats de ces différents examens, avec ceux réalisés chez votre conjoint, seront ensuite regroupés et analysés par le médecin qui vous a prescrit le bilan. Cette analyse permettra d’évaluer le délai souhaitable pour la prise en charge, les chances de conception naturelle, la nécessité d'un recours à une technique d'assistance médicale à la procréation, le taux de succès escompté après assistance médicale à la procréation, et enfin, les risques des différents traitements. 
Il pourra être complété selon le contexte.
Des examens complémentaires pourront être prescrits dans certains cas (IRM, hystérosonographie, cœlioscopie, hystéroscopie…).
L’ensemble des résultats de ces premiers bilans permettra de vous proposer une prise en charge adaptée à votre cas et à votre couple.